1905ArticleCEetDC1Quelques chiffres et des constats.

- 97% des scientifiques compétents valident le dérèglement climatique.
- La rapidité du changement ne permet pas à la biodiversité de s’adapter.
- Les gaz à effet de serres (GES) sont responsables du réchauffement.
   - Le dioxyde de carbone (CO2), c’est tout ce qui brule.
   - Le méthane (CH4), c’est les animaux d’élevage et la méthanisation.
   - Le protoxyde d’azote (N20), c’est les engrais azotés trois fois plus actif sur le réchauffement que le CO2
- 86% des émissions de GES françaises sont liées à l’agriculture.
- Augmentation du niveau des océans par fonte de la calotte glaciaire
- les océans sont comme la végétation et les sols des réservoirs de carbone. Un excès contribue à l’acidification des coraux et à la perturbation de la chaine alimentaire.

 

Un dérèglement climatique qui touche principalement les plus faible.

- Des épisodes climatiques extrêmes et fréquents plus un dérèglement climatique qui touche principalement les plus faibles
- Une perte de biodiversité et la fragilisation de certains écosystèmes 
(espèces invasives, espèces en extinction, migration différentielle des animaux et des végétaux)
- Des problèmes liés aux ressources en eau
- Diminution de la productivité agricole.

L’agriculture (digestions animales, déjections animales, engrais azotés, rizières irriguées, carburant feux de brousse) et l’alimentation (déforestation, labour, conversion des pâturages) représentent 25% des émissions

Quel rôle pour l’industrie agro-alimentaire pour les produits historiques du commerce équitable ?

Les caractéristiques des filières café et cacao :
- Une concentration des pouvoirs de négociation dans les mains de quelques acteurs
- Une extrême volatilité des prix
- Une répartition inéquitable de la richesse

La filière cacao :
Pour chaque tonne de cacao vendue, on estime que les agriculteurs reçoivent moins de 7% du chiffre d'affaires. En comparaison, la part des fabricants est estimée à 35 % et celle des détaillants à 44 %.
La filière café :
- Les conséquences : Une agriculture en danger
- Une sécurité alimentaire en danger
- Des producteurs en danger


L’agriculture et les producteurs agricoles vont donc devoir s’adapter au réchauffement climatique et contribuer à l’atténuer.

  

L’ENJEU MAJEUR : ACCOMPAGNER LE CHANGEMENT

Mettre en œuvre des actions
- d’atténuation du réchauffement climatique global: moindres émissions de gaz à effet de serre et séquestration de carbone dans la biomasse et dans les sols
- d’adaptation au dérèglement climatique: mettre en œuvre des systèmes de production agricole plus diversifiés et plus résilients (Agro-écologie et Agroforesterie)

Qui dit justice économique, dit justice climatique
Le commerce équitable permet une meilleure répartition des richesses et donc le développement de modes de production plus respectueux de l’environnement comme l’agriculture biologique ou l’agroforesterie.
En 2017, 80% des filières internationales et 46% des filières françaises 
de commerce équitable se sont converties au bio.

Les garanties économiques du Commerce Equitable :


- Rééquilibrer le pouvoir de négociation des producteurs grâce à des organisations de producteurs renforcées
- Un prix rémunérateur qui couvre les coûts de production 
(y compris les coûts sociaux et environnementaux)
- Un engagement commercial dans la durée
- Une prime collective
- Des facilités de préfinancement