1811Plaidoyer 

 

EN BREF

 

CONSTAT

Le modèle agricole actuel ne répond plus aux enjeux sociétaux modernes : 

- 1 milliard de personnes souffrent de la faim (dont les 3⁄4 sont des paysan·ne·s),
- des multinationales dont les profits explosent, des producteur·trice·s qui s’appauvrissent,
- un impact environnemental désastreux qui contribue au dérèglement climatique.

 

ANALYSE

Les modèles agro-alimentaires actuels sont dominés par l’agro-industrie, au sein de laquelle une poignée de géants économiques dicte sa loi aux autres acteurs des filières (producteur·trice·s, consommateur·trice·s, citoyen·ne·s). Sous prétexte de nourrir le monde à bas prix et en quantité suffisante, ce modèle impose des choix techniques et économiques qui servent avant tout une rentabilité à court terme de ces acteurs. De plus, il encourage sur une production agricole de basse qualité aux coûts sociétaux énormes qui ne sont pas pris en compte dans les prix de vente finaux.

 

PROPOSITION

Pour répondre aux défis planétaires, nous appelons à une véritable transition agricole pour nous conduire vers un modèle agricole vertueux qui s’appuie sur des filières économiquement rééquilibrées, techniquement multifonctionnelles permettant une production alimentaire diversifiée de qualité et des services environnementaux, sociaux et économiques aux territoires/pays qu’elle fait vivre.

Pour cela nous voulons soutenir des modes de production agro-écologiques, pensés de manière systémique et cohérente. Ce modèle agricole apportera des solutions cohérentes et décloisonnées au plus grand nombre et aux différents besoins et attentes de la société qui sont de fait, intrinsèquement liés.

Attention il ne s’agit pas d’une solution miracle ou d’un retour à l’ancien temps mais d’une transition technique ET politique qui demande à repenser l’ensemble du modèle agricole (modes de production, de commercialisation, de distribution) pour le rendre plus conforme à la finitude de notre planète et à la nécessaire équité entre les peuples.

 

POURQUOI UNE TRANSITION AGRICOLE ?

 

D’un modèle agricole que nous ne voulons plus...

Les modèles agro-alimentaires actuels sont dominés par l’agro-industrie, au sein de laquelle une poignée de géants économiques, généralement situés en aval de la filière (transformation, négoce, distribution) dicte sa loi aux autres acteurs des filières (producteur·trice·s, consommateur·trice·s, citoyen·ne·s). Sous prétexte de nourrir le monde à bas prix et en quantité suffisante, ce modèle et les choix techniques et économiques qu’il impose pour satisfaire son projet de rentabilité à court terme, débouche sur une production agricole de basse qualité aux coûts sociétaux énormes (et non pris en compte dans les prix de vente finaux) : diminution et pauvreté endémique du monde paysan (prix non rémunérateurs), creusement des inégalités mondiales (libéralisation économique inéquitable), déclin de la biodiversité et pollution (monocultures, agrochimie), contribution au dérèglement climatique (économie carbonée – pétrole), santé (aliments pauvres et parfois toxiques).

Résultats :

- Toujours près d’un milliard de personnes souffrent de la faim (dont les 3⁄4 sont des paysan·ne·s),

- Des multinationales dont les profits explosent à la faveur d’une minorité en exploitant une majorité de producteur·trice·s trop isolé·e·s pour lutter,

- Un impact environnemental désastreux qui se manifeste concrètement par un dérèglement climatique aux conséquences dramatiques.

 

... à une transition agricole...

Pour répondre aux défis planétaires, nous appelons à une véritable transition agricole pour nous conduire vers un modèle agricole vertueux qui s’appuie sur des filières économiquement rééquilibrées, techniquement multifonctionnelles permettant une production alimentaire diversifiée de qualité et des services environnementaux, sociaux et économiques aux territoires/pays qu’elle fait vivre. S’appuyant sur des modes de production agro-écologiques, pensés de manière systémique et cohérente d’un point de vue agronomique. Ce modèle agricole apportera des solutions cohérentes et décloisonnées au plus grand nombre et aux différents besoins et attentes de la société qui sont de fait, intrinsèquement liés. Attention il ne s’agit pas d’une solution miracle ou d’un retour à l’ancien temps mais d’une transition technique ET politique qui demande à repenser l’ensemble du modèle agricole (modes de production, de commercialisation, de distribution) pour le rendre plus conforme à la finitude de notre planète et à la nécessaire équité entre les peuples.

 

... vers un modèle agricole désirable.

On cherche donc à aller vers un modèle agricole qui va permettre la démultiplication des structures de petites et moyennes tailles, va favoriser la naissance de réseaux solidaires, démocratiques et efficaces, créateurs d’emplois rémunérateurs dans des régions rurales freinant ainsi l’exode et la concentration de population urbaine. L’agro-écologie, mise en place, entretient les paysages des campagnes et restaure les milieux naturels avec des systèmes agricoles diversifiés, riche en biodiversité (polyculture-élevage), avec des sols riches, stables et fertiles qui redeviennent un réservoir de carbone, avec des cours d’eau bien moins pollués (nitrates et pesticides) et des produits alimentaires plus sains aussi à la consommation.

Les filières économiques agricoles s’organisent prioritairement autour des marchés locaux et régionaux sans pour autant bannir les filières longues qui peuvent être nécessaires mais qui doivent alors se faire dans le respect des démarches de commerce équitable.

 

COMMERCE ÉQUITABLE ET TRANSITION AGRICOLE

 

Le commerce équitable est un outil concret au service de cette transition agricole car, au travers de ses 3 dimensions, il permet d’agir “sur-le-champ” c’est-à-dire tout de suite et concrètement en lien avec les paysans et paysannes, les citoyens et citoyennes :

Soutenir des filières agro-écologiques et équitables

Au travers de sa nouvelle politique de partenariat, Artisans du Monde réaffirme clairement son soutien prioritaires à des organisations de producteur·trice·s :

- Des producteur·trice·s regroupé·e·s autour de démarches collectives durables (agriculture biologique, agro-écologie, savoir-faire traditionnels, etc.),

- Des organisations où la place des producteur·trice·s est au cœur du projet (autonomie, émancipation),

- Des producteur·trice·s du « sud » (commerce équitable international) ou du « nord » (commerce équitable local),

- Des organisations garanties de commerce équitable selon les principes et les critères de la WFTO (World Fair Trade Organization),

- Des organisations de producteur·trice·s porteuses de projets de développement collectifs à dimensions sociales, économiques, politiques ou environnementales.

1811LogoBioNB : Produits « bio » ou produits « selon des méthodes agro-écologiques » ?  Parmi l’offre des produits alimentaires des magasins Artisans du Monde, plus de 85% sont déjà certifiés biologiques «AB». Les autres sont produits de manière agro-écologique, sans être certifiés, le plus souvent pour des questions de coûts. Au regard de la loi, il est important de ne communiquer sur le caractère « biologique » de nos produits que pour ceux qui sont officiellement certifiés.

 

 

Faire comprendre les enjeux agricoles et l’impact de l’agro-écologie paysanne

Dans le cadre de ses actions d’éducation et à travers ses outils pédagogiques, Artisans du Monde vise à accompagner les citoyen·ne·s dans une meilleure compréhension des enjeux agricoles et à :

- Mesurer les impacts sociétaux du modèle agricole actuel

- Identifier les facteurs à l’origine des choix politiques qui soutiennent ce modèle

- Connaître les fondements de l’agro-écologie et de l’agriculture paysanne pour mesurer les impacts potentiels sur le modèle agricole

 


Défendre une transition agricole auprès des décideurs économiques et politiques

En tant qu’acteur de plaidoyer, Artisans du Monde s’investit dans des collectifs, plateformes et réseaux pour peser avec ses partenaires dans les discussions politiques et vise à :

- Influencer les décisions politiques et les lois agricoles pour les orienter vers l’agro-écologie au niveau français (EGA) et européen (PAC 2030)

- Lutter contre les accords économiques de libéralisation qui appuient le modèle agricole productiviste et polluant (APE, TAFTA, etc.)

- Défendre et promouvoir les droits des paysan·ne·s au niveau international en soutenant «Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysans et autres personnes travaillant dans les zones rurales».

 

Calendrier des événements

- 15 octobre au 30 novembre : Festival du film documentaire ALIMENTERRE sur les enjeux alimentaires et agricoles d’aujourd’hui et de demain

- 16 novembre au 02décembre: FestivaldesSolidarités

 

1811FestivalAlimenterre

 

1811FestvalSolidarité

 

1811GoodFood