Droits humains et multinationales : Artisans du Monde réaffirme son appui au traité pour l’élaboration d’un instrument juridique contraignant sur les sociétés transnationales et autres entreprises concernant les droits humains.

 

Courant d’octobre 2018, sous l’égide de l’ONU à Genève va se réunir un groupe de travail intergouvernemental d’expert à composition non limitée (juristes, agronomes, délégués de gouvernement, organisations paysannes, etc) et des représentants des gouvernements européens pour finaliser une négociation à partir d’un document initial élaboré à partir de 2008 et travaillé durant les 4 sessions précédentes.

  

En septembre 2017, à la 36e session ordinaire du Conseil des droits de l’homme, les États membres ont décidé de poursuivre les négociations sur la Déclaration en organisant une 5e session du Groupe de travail au printemps 2018. La décision a été adoptée par une résolution avec les votes suivants: 34 voix pour, y compris le Portugal et la Suisse ; 11 abstentions, dont certains États de l’UE et seulement 2 voix contre celles du Royaume-Uni et des États-Unis. La coordination des travaux est assurée par la Présidente du groupe qui est l’Ambassadrice de la Bolivie.

Le résultat des votes montre des freins manifestes !

 

 

D’autre part des associations ont pris des initiatives, tel l’appel du CCFD et plus de 36 organisations internationales pour pousser les États membres de l’Union européenne et l’Union européenne à soutenir l'initiative de régulation des multinationales sur les droits humains.

De son côté La coordination Européenne Via Campesina a lancé une pétition. Ces initiatives vont dans le même sens, celui de reconnaître les DROITS FONDAMENTAUX DE L’AGRICULTURE PAYSANNE :

 

  • LE DROIT A LA TERRE : Pouvoir y accéder, la gérer et l’utiliser.

  • LE DROIT AUX SEMENCES ET AU MAINTIEN DE LA BIODIVERSITÉ : Garder, stocker, transporter, échanger, donner, vendre, utiliser et réutiliser des semences de ferme.
  • LE DROIT A LA SOUVERAINETE ALIMENTAIRE : Choisir, et développer leurs propres moyens de production, de transformation de distribution et de consommation.
  • LE DROIT A UN REVENU DECENT et des moyens de subsistance décents pour toute la famille.
  • LE DROIT COLLECTIF : S’organiser pour accéder librement et gérer leurs propres ressources – organisation sociale collective et gestion démocratique sans discrimination.


Cette déclaration est un outil nécessaire, légitime et urgent qui correspond au travail qu’à soutenu Artisans du Monde en France, durant des années sur le devoir de vigilance des multinationales. En effet, il permettrait de garantir la primauté des droits humains et de l’environnement sur les  normes en matière de commerce et d’investissement… autrement dit LE pilier de notre plaidoyer Artisans du Monde.

Pourquoi c'est important ? Les négociations à l’ONU pour une Déclaration sur les droits du monde rural pourraient changer l’Histoire: une telle Déclaration peut garantir les droits des paysans à nous nourrir, à protéger leur subsistance ainsi que des systèmes alimentaires durables et divers qui nous nourrissent tous.


Artisans du Monde appelle à signer la pétition de Via Campesina :
 UE-protege-nos-paysans-et-nos-systemes-alimentaires

 

Nous travaillons à des solutions concrètes qui permettent à la société d’entrer en transition vers ce monde ! Mieux produire, mieux consommer, être plus juste.

 

 1810bulle