1703PointClimat

 

Transition énergétique : L’étude prospective indépendante 2017 de l’association Négawatt qui vise « zéro CO2 » en 2050 vient d’être publiée.

Quel scénario décrit-elle ?
- A l’horizon 2050, la France aura réduit les 2/3 de sa consommation d’énergie primaire (énergie tirée du sol ; électricité, essence) par rapport à 2015. Elle sera neutre pour ses émissions de gaz à effet de serre et couvrira tous ses besoins énergétiques par des sources renouvelables.
- Lutter contre le dérèglement climatique va de pair avec l’acquisition de l’autonomie énergétique, mais cette lutte se mesure également à l’indépendance des approvisionnements et à l’abandon des options à risque : la fermeture de la dernière centrale nucléaire est prévue en 2035.
- Ce qui fonde la logique de l’analyse et qui s’est imposée dans le débat public est la mise en avant de la réduction des consommations (sobriété, efficacité des appareils) plutôt que l’accroissement des moyens de production énergétiques.
- L’impact sur l’emploi de ce scénario est également évalué : 400 000 créations d’emplois nets dans les 35 années à venir (isolation des bâtiments anciens, essor de l’économie circulaire du recyclage et de la réparation…), qui tiennent compte des pertes dans l’énergie conventionnelle et le transport routier.

Conséquence pour l’agriculture ?

 - Par l’abandon des pratiques productivistes dominantes ainsi que la réduction de la consommation de viande, le pays va jusqu’à neutraliser l’intégralité de ses émissions de gaz à effet de serre.

Une autre perspective intéressante : le « power-to-gas ».
Il s’agit de coupler les réseaux de gaz et d’électricité. L’excès de productions des éoliennes et des panneaux photovoltaïques servirait à synthétiser du méthane (équivalent du gaz naturel) utilisable en carburant ou en combustible de chauffage. Inversement, brûler du méthane dans des turbines à cogénération fournirait de l’électricité les jours où les énergies renouvelables intermittentes seraient insuffisantes.

Outre la création d’emplois, d’autres bénéfices sociaux ?
- La qualité de l’air s’améliore radicalement et diminue les risques sanitaires (asthme, problèmes cardiaques, diabète……).
- Le nombre de ménages en situation de précarité énergétique est divisé par huit, grâce à la rénovation des logements et à la maitrise du coût énergétique.
- Selon Négawatt, le cumul des économies d’énergie générées par la baisse de l’importation des hydrocarbures jusqu’en 2050, permettrait une un allégement de la balance commerciale de 700milliards d’€.

Selon Négawatt, la baisse de la courbe de la consommation d’énergie depuis quelques années souligne le début des efforts entrepris et la crédibilité de son scénario. Les experts soulignent que depuis deux quinquennats, les efforts demeurent insuffisants et que la priorité est maintenant d’accélérer pour les cinq à venir.