1702Education1Tout d'abord dans le cadre de la semaine de la Solidarité Internationale, pilotée à La Rochelle par le collectif Actions Solidaires, les deux associations France Palestine Solidarité (AFPS) et Artisans du Monde (ADM) ont décidé de travailler ensemble en direction d'élèves de 3 classes de seconde de 3 lycées rochelais (Doriole, St Exupéry et Vieljeux) sur le thème :
L’eau, enjeu de conflit Israélo-Palestinien.
Il s’agissait d’un travail sur l’eau en liaison avec les professeurs et plus particulièrement sur l’eau en Palestine (Cisjordanie et Gaza) et de son accaparement par les colons israéliens en toute illégalité des décisions internationales. Les faits sont accablants. Les 500 000 colons s’approprient 80% de l’eau de la nappe du Jourdain, les 2 600 000 Palestiniens de Cisjordanie se contentant des 20% restants. Idem pour les habitants de Gaza soumis à la pollution et à des restrictions d’eau dramatiques. Spécifiquement dans la vallée du Jourdain Israël contrôle 95 % des terres au travers des zones de circulation, et aussi 98 % des ressources en eau. L’autorisation de forer des puits est inéquitable, 100m de profondeur pour les Palestiniens et de 350 à 500m pour les colonies dans un contexte de baisse générale des précipitations. Le développement agricole se fait donc sur 5% des terres et 2% des ressources en eau. C’est ce petit espace qui peut aider les Palestiniens à éviter l'annexion par l'état israélien de leur développement agricole. Le juste prix payé pour les agriculteurs, entre 3.7€ et 3.8€ engendre un bon revenu et leur permet d’investir. La culture des dattes est un facteur essentiel de la croissance agricole et économique palestinienne. Le C.E est un outil de résistance pacifique autant qu’un levier de la souveraineté alimentaire : cultiver sa terre et en vivre dignement.
Nous avons présenté un diaporama expliquant la colonisation progressive de la Palestine. Ensuite nous avons fait travailler les élèves autour d’un film documentaire et d’un photoreportage qui devait permettre aux élèves de prendre conscience des difficultés quotidiennes que vivent les agriculteurs palestiniens.
Précédant les interventions en classe, 6 panneaux de l’AFPS de Nantes ont été exposés dans les CDI des lycées.
Ce travail a permis d’engager un dialogue très intéressant avec les élèves et leurs professeurs et de leur faite connaître la terrible situation des Palestiniens du fait de la colonisation israélienne. Un travail à renouveler l’an prochain et à étendre à d’autres lycées de La Rochelle.

 

Ensuite le collège Atlantique, dans le cadre d’un projet interdisciplinaire des classes de 5ème, « Mangez des mojettes pour sauver la planète »

1702Eductation2
Qui implique des professeurs d’Histoire-Géographie, de Sciences et Vie de la Terre et la documentaliste, a invité Artisans du Monde pour mettre en valeur la diversité alimentaire des populations mondiales et réfléchir à la consommation de viande qui pause problème sur un plan environnemental :
- 1kg de viande bœuf= 15000 litres d’eau !
- 1kg de blé= 800 litres.
- 50% des récoltes alimentaires dans le monde sont mangées par le bétail !
- 64% des terres cultivables du monde servent à la production de viande !
- Avec 26% de la population mondiale les pays industrialisés utilisent 56% des ressources alimentaires !
- 25kg de farine de poisson permettent de produire 1Kg de viande !

Le photographe Peter Menzel a parcouru le monde et a photographié 15 pays et 16 familles avec leur consommation de nourriture hebdomadaire et le coût par famille calculé en parité de monnaie, ce qui favorise les comparaisons.
- Réflexion sur la mise en scène : strict et simple mais qui permet de mettre en évidence :
-- La cellule familiale, le mode de vie, le pouvoir d’achat, le type d’habitation, le rapport à la terre, la place accordée à l’industrie agro-alimentaire et /ou à la production domestique.
-- Au final, il nous montre l’incroyable diversité et donc la richesse du monde contemporain.
- Identification des notions de sécurité alimentaire et malnutrition; reconnaissance des produits et des grandes catégories alimentaires et leur quantité ; puis classement en fonction de critères : peu, équilibré et trop.

- Classification mondiale des familles à partir du critère pertinent de coût : 375€ par semaine à 19€. On trouve ; Les familles dites « pauvres » qui consomment beaucoup de céréales et peu de produits emballés (alimentation peu diversifiée)
-- Celles dites « intermédiaires » qui consomment des légumes et produits frais et peu d’emballage (diversité moyenne)
-- Celles dites « riches » qui consomment moins de légumes et de produits frais mais beaucoup de viande et beaucoup de produits emballés (diversité importante)
- Mise en évidence de facteurs qui influent sur les régimes alimentaires.

Pour terminer :
- Une discussion suite à la projection d’un documentaire sur le commerce équitable organisé par un groupe d’étudiants de Master2 à l’université de La Rochelle. ADM est intervenu en partenariat avec la « Cabosse enchantée ». Une jeune pâtissière/chocolatière qui tient son stand chaque samedi sur le marché de centre ville a expliqué comment elle travaillait sa pâte de cacao équitable ainsi que son parcours professionnel international impressionnant. Artisans du Monde a mis en évidence les principes de base du C.E : Partenariat sur la durée, préfinancement à la commande, prime de développement, respect de l’environnement, transparence des décisions et traçabilité des produits.


- Au lycée Doriole avec une classe de Terminale Professionnelle, nous avons abordé le thème du Commerce Equitable et du développement durable à travers la manière dont 10 coopératives d’Amérique du Sud utilisent leur prime de développement dans des réalisations très variées : obtention de la certification AB, mise en place d’une organisation de prévention de la santé, amélioration de l’outil de production pour prendre en compte la protection de l’environnement, création de centres de formation et de recherche agronomique, allocation chômage et de maternité, plan de lutte contre le travail forcé des enfants et alphabétisation… La seconde partie a été réservée à un travail pratique d’analyse par groupe sur un document vidéo d’un de nos producteurs de riz du Laos qui a réussi à transformer ses produits sur place, ce qui amène ainsi de la plus-value à son travail. Il a réussi également à se diversifier : agrumes, confiture et à localiser une partie de sa production au Laos même. Le respect des droits économiques, sociaux et environnementaux est le cœur même du projet de développement durable de cette coopérative : Laos Farmers product.

(Toutes les données chiffrées sont issues des dossiers pédagogiques Artisans du Monde : les dattes de Palestine, une culture de paix ; A table qui mange quoi !; les fiches producteurs)